Programme Quinquennal Prioritaire de 

Renforcement des capacités 

dans le secteur de l’eau

Eau Afrique lancera le 15 mars 2016, un Programme Quinquennal Prioritaire de Renforcement des  Capacités dans le secteur de l’eau

Secteurs couverts :

❖ Eau potable et Assainissement
❖ Environnement et Développement durable
❖ Changement Climatique
❖ Hydroélectricité
❖ Eau-Santé 
❖ Agriculture Intégrée

Pertinence de l’initiative

« Depuis les années 90, l’Afrique enregistre des progrès significatifs et continus dans le domaine de la croissance économique. Ces résultats sont liés aux réformes profondes engagées par les gouvernements africains dans les domaines économique, social et institutionnel. En dépit des progrès enregistrés, de nombreux pays africains pourraient ne pas atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire (ODM). Ceci est en partie lié au faible niveau des capacités humaines, institutionnelles et organisationnelles.»

Le renforcement de capacités en Afrique est une priorité importante du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Consciente que la maitrise du savoir et le dialogue sur les politiques et la gestion du développement sont des facteurs essentiels à la croissance, en effet, la BAD investit massivement dans ce domaine dans les pays-membres régionaux. (BAD (2015). Renforcement des capacités. Tiré de http://www.afdb.org/fr/knowledge/african-development-institute/capacity-building/ [Consulté le 17 juin 2015])

 

CIMA International, société multidisciplinaire de plus de 40 ans de services et de savoir-faire œuvrant dans les domaines de l'ingénierie et des nouvelles technologies en Afrique, pourrait être un partenaire d’envergure dans ce projet. En offrant des formations et un accompagnement en renforcement de capacités  des populations locales afin de pérenniser les activités et projets mis en œuvre, l’organisation pourrait appuyer entre autres les projets de CIMA.

Processus de Renforcement de capacités

Le renforcement de capacités est un processus visant à faciliter, conjointement avec les acteurs, la consolidation de leurs capacités au niveau individuel, organisationnel et sectoriel avec comme objectif de faciliter leur adaptation aux nouvelles exigences du contexte afin qu’ils puissent jouer le rôle qui leur appartient dans :

• un système de gouvernance,
• une institution de formation (primaire, secondaire, collégial, universitaire et professionnel),
• une institution de recherche et de R&D,
• une entreprise de Génie conseil,
• une entreprise de services,
• une industrie,
• un secteur du développement :
économie,
Eau-Environnement
Changements climatiques
Société,
Technologie,
Transport, etc. 

Le renforcement de capacités nécessite du temps pour produire des résultats. Il se fonde sur ce qui existe déjà, ceci signifiant qu’il doit exister un noyau de compétences susceptibles d’être renforcé. Il s’opère selon un mode de partenariat impliquant la participation directe des personnes et des organisations impliquées. Il touche tant l’individu, l’organisation et l’institution. Il vise la collaboration entre les parties prenantes. Il créé un environnement stimulant capable d’inspirer la transformation de l’existant. Il est flexible et s’adapte aux contraintes que subissent les individus et les organisations. Il s’adresse aux mentalités et aux facteurs limitant la prospérité. Il prend en considération les besoins des populations comme facteur d’entraînement, de création et de dynamismeIl ne se limite pas au renforcement des compétences et aptitudes de l’individu, mais touche aussi les questions du leadership comme facteur déterminant. Il respecte l’identité de ses parties prenantes. Il met l’accent sur les façons d’améliorer l’efficacité et l’efficience des actions.

Le renforcement de capacités touche aussi les arrangements institutionnels, identifiant les freins et les stimulants à l’action et au développement, et offrant des corrections.

Banque Africaine de Développement (BAD) et le secteur de l’eau

Ses initiatives

La Banque Africaine de Développement a adopté la Politique de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) en 2000 dans laquelle d’ailleurs Kibi et Sasseville ont collaboré. On note le développement de la Vision africaine de l’eau (VAE) et du Cadre d’Action (CA), la mise en œuvre du Programme de partenariat pour l’eau (WPP) et l’Initiative pour l’alimentation en eau et l’assainissement en milieu rural (IAEAR) et l’hébergement de la Facilité africaine de l’eau (FAE). La Banque a aussi été désignée institution chef de file pour l’assistance à apporter au NEPAD dans la mise en œuvre de son Programme relatif à l’eau et à l’assainissement.

Les divers aspects opérationnels de l’eau qui comprennent l’eau pour l’agriculture, l’énergie, l’environnement, et l’alimentation en eau et l’assainissement, et qui sont respectivement pris en compte par les Départements de l’agriculture (OSAN), de l’infrastructure (ONIN) et de l’alimentation en eau et de l’assainissement (OWAS). 

Les compétences en matière de GIRE ne sont pas nombreuses en Afrique. Un vaste programme de renforcement des capacités est par conséquent nécessaire pour mettre en place une équipe de professionnels de l’eau (hommes et femmes) hautement qualifiés dans le domaine des principes et pratiques de GIRE. Dans le cadre du Partenariat mondial pour l’eau, un programme associé de renforcement des capacités est mis en place en vue de fournir une assistance stratégique pour le développement des compétences nécessaires en matière de GIRE. L’enjeu est de pouvoir retenir le personnel une fois que celui-ci aura reçu la formation nécessaire. Il est généralement reconnu que même lorsque l’on parvient à retenir le personnel formé, les compétences acquises peuvent s’atrophier par manque d’utilisation, à moins d’introduire des incitations appropriées. Un second enjeu est, par conséquent, de pouvoir mettre au point ces incitations afin de les adapter aux aspirations du personnel et aux objectifs du secteur de l’eau. Ce sont là des défis pressants qui appellent une action corrective immédiate.

Sa stratégie de renforcement de capacités

La stratégie de renforcement de capacités de la BAD reconnait que l’accès aux services-conseils et aux produits du savoir et leur utilisation pour concevoir et mettre en œuvre les politiques et programmes est critique pour la plupart des pays à revenu intermédiaire. 

Les objectifs de la stratégie (2010 à 2014)

• Améliorer l’efficacité du développement des opérations financées par la Banque;
• Renforcer les capacités des PMR dans le dialogue sur les politiques et les problèmes clés du développement; et
• Renforcer les capacités internes de la Banque.

Afin d’accroître les chances de succès de la mise en œuvre de la stratégie, l’appui de la Banque sera guidée par les principes suivants : 

• accent sur les résultats et 
• approche induite par la demande. 

De plus, la stratégie s’appuie sur la décentralisation des opérations de la Banque et propose une dévolution progressive de certaines activités de renforcement des capacités aux bureaux nationaux tout en tenant compte des capacités limitées de ces bureaux.

Les résultats attendus de la stratégie comprennent :

• Une meilleure capacité de mise en œuvre des activités financées par la Banque ;
• Une amélioration de la position de la Banque en tant que partenaire clé dans le développement des capacités à travers des cours reconnus ;
• Le renforcement des capacités internes de la Banque ;
• Un cadre de conception, de mise en œuvre, de suivi, et de rapports sur les activités de renforcement des capacités de la Banque ; et
• La mise en place d’une « foire aux idées » pour promouvoir l’innovation.

Programmes choisis

❖ Programme de Renforcement de capacités humaines et institutionnelles lié à l’initiative du projet Grand-Inga en RD Congo : 

 

Organisations Collaboratrices Cellule de Gestion du projet « Grand Inga »-Ministère de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques de la RD Congo; Société Nationale d’Électricité (SNEL), Kinshasa-RD Congo

 

❖ Programme de Renforcement de capacités humaines et institutionnelles dans l’amélioration de l’accès à l’eau potable en milieux urbain, semi-urbain et rural dans quelques pays de l’Afrique  subsaharienne

Organisations Collaboratrices Ministère du Développement Rural de la RD Congo; Ministère del’Énergie et  l’Eau de l’Angola; Ministère de l’Énergie et de l’Hydraulique de la Guinée

 

❖ Programme de Renforcement de capacités humaines et institutionnelles dans l’implantation et la réhabilitation des mini-centrales hydroélectriques en Afrique Subsaharienne

Organisations Collaboratrices Ministère de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques de la RD Congo; Ministère de l’Énergie et  l’Eau de l’Angola

 

❖ Programme de Renforcement de capacités humaines et institutionnelles  dans la modernisation de l’agriculture intégrée en Afrique Subsaharienne

Organisations collaboratrices Ministère de l’Agriculture de l’Angola; Ministère de l’Agriculture, Pêche et Élevage de la RD Congo

 

❖ Programme de Renforcement des capacités humaines et institutionnelles  dans la restauration du  Lac Tchad

Organisation Collaboratrice : Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT)

 

❖ Programme de Renforcement de capacités humaines et institutionnelles du projet “Trans AfricaPipeline (TAP) Sustainable Water of Sub-Sahara Africa Fresh Water Coast to Coast, une initiative du  Prof. Rod Tennyson, PhD P. Ing, Professor Emeritus of University of Toronto, Institute for aerospace Studies

Organisation Collaboratrice : Trans Africa Pipeline Inc.

Types d’Interventions

Outils de Gestion à utiliser

Plateforme Web Collaborative : Gestion multi-agents, disposant des caractéristiques fonctionnelles pour servir de base à la gestion et l’animation d’initiatives de renforcement des capacités dans plusieurs pays africains. 

La liste suivante contient des exemples d’interventions de renforcement de capacités qui pourraient être conduites par l’organisation : 

• Formations en matière de leadership 
• Gouvernance d’organisations
• Planification stratégique d’organisations 
Appui conseil
Assistance et Accompagnement technique

 

Accompagnement dans la définition des tâches et la formation des professionnels
Financement d’études de diagnostic organisationnel 
Mise en place de systèmes et procédures au sein de l’organisation 
• Formation dans la maîtrise de technologies et de techniques dans les domaines retenus
• Formation en gestion de projet et amélioration de la formulation et de la gestion de programmes et projets
• Système de tutorats dans la formulation et mise en œuvre des programmes
• Stages 
de professionnels nationaux au sein d’organisations partenaires
de professionnels étrangers 
• Formation (financière et techniques) en prospection de projet 
• Recyclage des cadres
• Définition, Planification et Encadrement de la mise en œuvre de projets concrets répondant 
aux besoins de la population 
• Amélioration des capacités 
d’analyse des politiques publiques
d’exploitation des stratégies des bailleurs aux fins du développement 
de plaidoyer et de négociation des acteurs non étatiques
de création d’espaces de dialogue avec les bailleurs de fonds
• Appui à l’organisation d’ateliers et séminaires au niveau
local
national
continental
international (organisation et financement d’échanges nationaux et internationaux)
• Formations en matière de négociation
• Appui à la création de réseaux
• Recyclage des cadres de l‘organisation 
• Formation en matière 
de diffusion de bonnes pratiques ; des critères de transparence
de spécialisation des groupes et des institutions
de cohérence entre la mission et l’action
de planification stratégique et de repositionnement organisationnel
de systèmes d’Accountabilty
de déontologique 
• Appui à la définition et à la mise en œuvre des projets concrets répondant aux besoins de la population 
• Formation en matière de développement de politiques publiques et sectorielles
• Appui au développement et la réalisation 
de programme de concertation dans la réalisation de programme institutionnel (ex autorité de bassin)
d’expériences de coordination locales et nationales de projets et de programmes ;
• Gestion de l’information et de la connaissance
Amélioration de l’accès à l’information
Création d’un bulletin (papier et/ou électronique) 
Mise en place d’un site-web « portail » pour l’ensemble des organisations des ANE 
Organisation de réunions régulières 
Mise en relation avec d’autres acteurs non étatiques (niveau local, régional, national et international  Sud-Sud et nord-Sud) 
Intégration des organisations dans des réseaux thématiques et/ou régionaux nationaux/internationaux 
• Appui à l’amélioration des arrangements institutionnels
Amélioration du cadre juridique et réglementaire 
Élaboration de textes de loi 
Encadrement des lobby
Lutte contre la corruption et la collusion
Développement des systèmes de relations publiques
▪ Population
▪ Acteurs non-étatiques
▪ Institutions étrangères et internationales
▪ Entreprises d’état
▪ Entreprises privées
• Formation à l’écoute :
Citoyens
Élus
Dirigeants d’institutions
Dirigeants d’entreprises
Groupes de pression
Critiques
Journalistes
Scientifiques
Universitaires

Financement

Financements provenant de : 

• Banque Africaine de Développement
• Banque Mondiale
• ACDI-CRDI
• Fonds Européens
• Fonds Américains;
• Fonds Japonais
• Fonds Chinois
• Fonds Gouvernementaux des pays africains;
• Fondations privées
• Entreprises privées
• Autres donateurs privés

Et aussi des contrats sous-traitance de renforcement de capacités : 

• Génie conseil de proximité
• Entreprises publiques
• Entrepreneurs
• Investisseurs
• Banques
• Enseignement
• Collégial
• Universitaire
• Etc.